Regard de coach – Sacha Skorabadenkoff

BIRDS Conseil vous présente tous les mois un regard de Coach. Notre objectif est de vous faire découvrir nos Coachs et leur expertise.

Ce mois-ci, interview de Sacha Skorabadenkoff, Directeur Conseil, Coach certifié

Regard de Coach – Sacha Skorabadenkoff

Parlez-nous de vous et de vos méthodes de Coaching ?

« Le sens de la cohérence augmente le sentiment de contrôle de son existence, … » (R. Shankland) ; j’ai un rôle de facilitateur dans une démarche de co-développement. Formé à l’approche cognitive et comportementale, j’accompagne sur un mode collaboratif et éducatif qui vise à « apprendre à désapprendre ». Pas facile d’entendre ça où certains d’entre nous pourraient immédiatement penser à de la manipulation – et en même temps ! Mon approche a pour finalité la mise en œuvre d’un plan d’actions opérationnel avec un ancrage dans l’ici et maintenant. On fait souvent référence au « connais-toi toi-même » mais on oublie – très souvent – de citer la suite : « rien de trop ». Implicitement mais sûrement, cela sous-entend – ce que les grecs appelaient pécher par Hybris » ou péché d’orgueil, que nous devons apprendre à nous connaître pour être en harmonie avec son environnement et donner du sens à son activité – ou selon, son utilité sociale dans la cité. Être en quelques sorte à sa juste place. Je serai donc un peu « mâtiné » de philosophie et de psychologie stoïcienne. Aussi, en tant que comportementaliste de formation, je vais donc m’attacher aux conséquences du problème et non à ses causes.

Quels sont vos sujets de prédilection dans le coaching ?

La mobilité professionnelle et l’accompagnement à la prise de poste ont une résonnance particulière dans ma pratique. Je suis un pur produit de la formation professionnelle continue et la FTLV (Formation Tout au Long de la Vie) m’a permis de me former, de me réorienter professionnellement à un moment de ma vie ou le questionnement quant à mon utilité sociale se faisait assourdissant et douloureux. Également, le coaching d’équipe (groupe, projets) dans le cadre de dispositifs spécifiques d’accompagnement à la transformation (enjeux) des organisations professionnelles.

Selon vous, qu’attendent les personnes d’un coaching ?

« Qu’est-ce que le bonheur sinon l’accord entre l’homme et l’existence qu’il mène ». J’aime cette phrase d’Albert Camus qui replace au centre la relation que nous voulons avoir avec les autres et le monde. Dans la relation d’aide en contexte professionnel (puisque le coaching s’y inscrit), les personnes attendent des solutions venant du praticien – ce qui en définitive invalide et disqualifie la pratique de coaching et revient implicitement à faire du conseil. Mais ils attendent surtout d‘aller mieux. Quelque chose dysfonctionne ou des paliers importants ne sont pas franchis. Un regard extérieur permet de débloquer des situations sur des répétitions qui finissent par être envahissantes et douloureuses.

Quels sont vos apprentissages grâce au coaching ?

« L’émotion est la voie royale vers la cognition » (A.Beck). Cela me parle beaucoup puisque nous sommes drivés par nos émotions et la charge émotionnelle qui en découle est parfois très importante. Pensées automatiques et croyances irréalistes rivalisent d’ingéniosité pour nous conter de belles histoires avec des scenarii déjà parfaitement « storytellés ». Au menu, « la carte » devient donc le territoire. La cognition (la pensée) ou pour développer plus avant, nos contenus de pensées (catégories et propositions de pensées), associée aux processus (biais ou erreurs de raisonnement), nous font repackager et projeter vers les autres – et le monde – une réalité que nous tenons pour vraie, en développant – bien malgré nous – ou indépendamment de notre volonté des comportements contre-productifs. Empathique : oui, mais point trop – si la définition de l’empathie revient à entrer dans les « chaussures » de l’autre, moins les ampoules. Ça peut faire sourire mais c’est très efficace si j’use de cette métaphore. La supervision comme les échanges de pratique entre pairs est donc essentielle pour rester vigilant et contrer à la fois des postures de toute puissance et des parasitages qui nous pousseraient à manquer de discernement – de vigilance.

Quels sont les outils et tendances que vous appréciez ?

J’ai conscience que certaines choses dépendent de moi et que d’autres non. Là où la solution est portée par la personne, une collaboration authentique permet généralement d’en favoriser l’émergence. Sans faire un inventaire à la Prévert, je dispose de plusieurs outils – en termes d’approche méthodologique – qui contribuent à déconnecter, chez nos clients, le mode « pilotage automatique » : à les rendre plus cohérents, attentifs et vigilants vis-à-vis de leurs attentes – décret d’exigences, responsables et respectueux de leur environnement dans le cadre d’une relation aux autres et au monde plus épanouissante. Chez BIRDS Conseil, j’ai choisi le colibri porte épée comme animal totem. Je pique certes (enfin je suis connu pour aller en profondeur et ne rien lâcher), et j’invite les personnes que j’accompagne à boire le nectar de leur propre fleur, à s’ouvrir et à plus s’exposer : cela revient à intégrer ce que j’appelle une acceptation inconditionnelle de soi – mieux se connaître pour pleinement profiter de soi, des autres et du monde ; mais rien de trop.

 

Tags: , ,